Philippe SPOLJAR

Année Universitaire 2016-2017

Epistémologie générale

 

L3S5F 29

Objectifs et contenus

Cet enseignement présente des repères épistémologiques fondamentaux sur les notions suivantes :

- les différents objets ou types d'objets des connaissances, notamment celles dites "scientifiques".

- les théories qui décrivent ces objets (les concepts, les modèles, les paradigmes : empirisme et rationalisme).

- les méthodes utilisées pour connaître les objets et produire les théories (démarches inductives vs déductives ; quantitatives vs qualitatives).

- le schéma de la connaissance : sujet / objet / représentation

- la question de la causalité

- la spécificité des sciences humaines

Il s'agit également d'une réflexion sur ceux qui produisent, mettent en oeuvre et transmettent ces connaissances (chercheurs, praticiens ...) et également sur ceux qui reçoivent et, à terme, mettent en oeuvre ces connaissances (étudiants...).

Ces considérations permettent de construire une analyse critique par rapport aux différents champs disciplinaires des sciences humaines, et en particulier celui de la psychologie.

Citation de P. Fraisse à étudier, dans le sens d’une analyse critique et « rhétorique », pour la 3ème séance de cours :

« On peut définir l'émotion comme un trouble de l'adaptation des conduites. En délimitant une catégorie précise de faits psychologiques, cette définition exclut des acceptions trop vagues du mot "émotion", comme dans l'expression une "émotion esthétique", et plus généralement l'emploi du mot "émotion" comme synonyme de "sentiment". Les sources de l'ambiguïté du concept d'émotion apparaîtront nettement par la suite ; mais on peut admettre dès l'abord cette définition si on veut bien reconnaître que subsumer sous un même mot la colère ou la peur et les sentiments de plaisir et de déplaisir, c'est s'enfermer dans de faux problèmes et se condamner à la confusion intellectuelle.

Expliciter les troubles de la conduite que nous nommons émotion renvoie à une expérience complexe qu'il est difficile de décrire. L'expérience émotionnelle est conscience de troubles de la perception et de la représentation, d'intenses sensations musculaires et viscérales, mais aussi de réactions émotives que nous saisissons dans notre comportement comme celui d'autrui. » (P. Fraisse, « Emotion », Encyclopaedia Universalis, vol 6, 1995, p. 143).

Références bibliographiques

Lectures obligatoires (dans l'ordre indiqué) :

1/ Parot Françoise, Richelle Marc, Introduction à la psychologie. Histoire et méthodes [1992], nouv. éd., coll. "Quadrige", 2010.

2/ Le Moigne Jean-Louis, Les épistémologies constructivistes, Paris, PUF, coll. "Que sais-je ?", 1995.

3/ Canguilhem Georges, « Qu'est-ce que la psychologie ? », conférence prononcée au Collège philosophique le 18 Décembre 1956, publiée dans la Revue de Métaphysique et de Morale, 1958, n° 1.

 

Lectures recommandées :

- Danziger Kurt, Contructing the Subject : Historical Origins of Psychological Research, Cambridge, Cambridge University Press, 1990.

- Dorna Alexandre, « Les SHS au cœur des nouvelles pratiques scientistes », Les cahiers de psychologie politique, n° 20, janvier 2012. Url : http://lodel.irevues.inist.fr/cahierspsychologiepolitique/index.php?id=2026

- Fourez Gérard, Larochelle Marie, Apprivoiser l'épistémologie [2003], Bruxelles, De Boeck, coll. "Démarches de pensées", 2ème éd. 2006.

- Fraisse Paul, « Émotion », Encyclopaedia Universalis, t. 6, 2ème éd. 1984, p. 973-976. rééd. Dans Pour la psychologie scientifique.  Histoire, théorie, pratique, Bruxelles, Mardaga, 1988, p. 351-364.

- Jalley Emile, Critique de la raison en psychologie. La psychologie scientifique est-elle une science ?, Paris, L'Harmattan, 2007.

Jalley Emile, La crise de la psychologie à l’Université en France, Paris. L’Harmattan, 2004.

- Matalon Benjamin, La construction de la science. De l'épistémologie à la sociologie de la connaissance scientifique, Delachaux & Niestlé, coll. "Actualités en sciences sociales", 1996.

- Morin Edgar, Introduction à la pensée complexe [1990], Paris, Seuil, coll. "Points", série "Essais", n° 534, 2005.

- Guillemette François, Baribeau Colette, (dir.), Recherches qualitatives, Hors-série n° 5, Actes du colloque de l'Association pour la recherche qualitative (ARQ), 16 mai 2006, Université McGill, Montréal (Canada) : Nguyên-Duy Véronique, Luckerhoff Jason, « Constructivisme/positivisme : où en sommes-nous avec cette opposition ? », p. 4-17 ; Van der Maren Jean-Marie, « De la construction subjective de l'esprit à la révélation objective du réel, mais le réel est-il la réalité ? », p. 18-25.

- Ricoeur Paul, « Expliquer et comprendre. Sur quelques connexions remarquables entre la théorie du texte, la théorie de l'action et la théorie de l'histoire » (1970), in Du texte [...], Paris, Seuil, 1986, coll. "Points", n° 377, 1998, p. 179-203.

- Ricoeur Paul, « Expliquer, comprendre », postface à Jean-Pierre Klein, Ivan Darrault-Harris, Pour une psychiatrie de l'ellipse. Les aventures du sujet en création, Paris, P. U. F., 1993, p. 261-268.

- Spoljar Philippe, « Aspects du scientisme dans l'article Émotion (Paul Fraisse). Essai d'analyse rhétorique de cinq phrases introductives », Nouvelle revue de psychosociologie, n° 17, 2014/1, p. 193-205.

- Veyne Paul, Comment on écrit l'histoire [1971, 1978], rééd. Paris, Seuil, coll. "Points", série "Histoire", n° 226, 1996.

Lectures complémentaires :

- Beauvois Jean-Léon, « La psychologie scientifique n'est-elle qu'une Psychologie post-coloniale ? », Le mouvement des psychologies indigènes (8 septembre 2006). Url : http://liberalisme-democraties-debat-public.com/spip.php?article66

- Bitbol Michel, La conscience a-t-elle une origine ? : des neurosciences à la pleine conscience : une nouvelle approche de l'esprit, Paris, Flammarion, 2014.

- Bitbol Michel, « La philosophie des sciences comme interface », Rue Descartes, 2003/3 n° 41, p. 19-29.

- Castel Robert, L'ordre psychiatrique, Paris, Minuit, 1976.

- Castel Robert, Le psychanalysme. L'ordre psychanalytique et le pouvoir [1973], Paris, coll."Champs", 93, 1981.

- Castoriadis Cornelius, « Science moderne et interrogation philosophique » (1972), Les Carrefours du labyrinthe 1, Points/Essais, n° 369, 1998, p. 181-285.

- Fayerabend Paul, Contre la méthode. Esquisse d'une théorie anarchiste de la connaissance [1975]. Paris, Seuil, coll. "Points", 1988, 349 p.

- Foucault Michel, L'Ordre du discours. Leçon inaugurale au Collège de France prononcée le 2 décembre 1970, Paris, Gallimard, 1971.

- Foucault Michel, L'Archéologie du savoir, Paris, Gallimard, 1969.

- Foucault Michel, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975.

- Foucault Michel, Les mots et les choses. Une archéologie des sciences humaines, Paris, Gallimard, 1966.

- Foucault Michel, Histoire de la folie à l'âge classique, Paris, Gallimard, 1972.

- Foucault Michel, Le gouvernement de soi et des autres. Cours au Collège de France 1982-1983, Paris, Gallimard/Seuil, coll. "Hautes Etudes", 2004.

- Hacking Ian, Entre science et réalité. La construction sociale de quoi ? (1999), Paris, La Découverte & Syros, 2001.

- Henry Michel, La Barbarie, Paris, Grasset, rééd. Biblio « Essais », 1987.

- Kirk Stuart, Kutchins Herb, Aimez-vous le dsm ? Le triomhe de la psychiatrie américaine [The Selling of DSM. The Rhetoric of Science in Psychiatrie, 1992], trad. Le Plessis-Robinson, Synthélabo, coll. "Les empêcheurs de penser en rond", 1998.

- Lévy-Leblond Jean-Marc, L’Esprit de sel. Science, culture, politique, Paris, Fayard, 1981.

- Morin Edgar, La Méthode, t. 3. La Connaissance de la connaissance. Anthropologie de la connaissance, Paris, Seuil, 1986.

- Morin Edgar, Science avec conscience, Paris, Seuil, coll. "Points", série "Sciences", 2001.

- Piaget Jean, L'Épistémologie génétique, PUF, coll. "Que sais-je ?", 1979.

- Piaget Jean, Psychologie et épistémologie. Pour une théorie de la connaissance, Paris, Denoël, 1970, rééd. Denoël/Gonthier, coll."Médiations", n°73, 1976.

- Ricoeur Paul, « De l'interprétation » (1983), in Du texte à l'action. Essais d'herméneutique II, Paris, Seuil, 1986, coll. "Points", n° 377, 1998, pp. 13-39.

- Ricoeur Paul, « Le modèle du texte: l'action sensée considérée comme un texte », 1971, in Du texte à l'action. Essais d'herméneutique II, Paris, Seuil, 1986, coll. "Points", n° 377, 1998, p. 205-236.

- Santiago-Delefosse Marie, Psychologie de la santé. Perspectives qualitatives et cliniques, Liège, Mardaga, 2002.

- Santiago-Delefosse Maria, « La psychologie peut-elle être apolitique ? », Psychologie Française, vol. 53, n° 2, juin 2008, p. 131-134.

- Stengers Isabelle, La Volonté de faire science, Laboratoires Delagrange / Synthélabo, coll. "Les Empêcheurs de penser en rond", 1992.

- Stengers Isabelle, L'Invention des sciences modernes, Paris, La Découverte, 1993.

- Stengers Isabelle, Schlanger Judith, Les concepts scientifiques. Invention et pouvoir [1988], Paris, Seuil, coll "Folio", série "Essais", n° 161, 1991.

 

Document audio :

- France Culture, Les Chemins de la connaissance : Michel Bitbol, le 6 juin 2014.

 

Plan du cours  

1. Introduction à l'épistémologie

      1.1. Présentation générale

            1.1.1. Thèmes

            1.1.2. Présentation du plan du cours

            1.1.3. Indications bibliographiques

      1.2. Approche notionnelle

            1.2.1. Domaines de l’épistémologie

            1.2.2. L’usage restreint du terme

            1.2.3. Épistémologie générale et épistémologie régionale

      1.3. Questions traditionnelles de l’épistémologie

            1.3.1. L’universalité des connaissances

            1.3.2. Les rapports entre théorie et méthode

            1.3.3. Normes, normalité, normalisation

            1.3.4. Les niveaux d’organisation de la réalité

            1.3.5. La réflexion critique

      1.4. Place de l’épistémologie parmi les autres disciplines

            1.4.1. Épistémologie et sociologie des connaissances

            1.4.2. Épistémologie et psychologie de la connaissance

            1.4.3. Une épistémologie de l’épistémologie ?

      1.5. Un schéma de base de la connaissance

2. La construction des savoirs

      2.1. La carte et le territoire

      2.2. Le statut des représentations : médiateté/immédiateté

            2.2.1. Le transitif et l’intransitif

            2.2.2. Positivisme versus constructivisme

3. La réalité et les « faits »

      3.1. Les représentations de la réalité

      3.2. Deux paradigmes fondamentaux

            3.2.1. Le Rationalisme et la démarche déductive

                  3.2.1.1. Principes du Rationalisme

                  3.2.1.2. La démarche déductive

                  3.2.1.3. La décomposition analytique

            3.2.2. L’Empirisme

                  3.2.2.1. L’expérience

                  3.2.2.2. La démarche inductive

      3.3. La construction des « faits »

            3.3.1. L’observation

            3.3.2. L’interprétation

            3.3.3. La sélection

      3.4. La rhétorique des faits: une définition de l' "émotion" (P. Fraisse)

            3.4.1. « On peut définir l’émotion comme... »

            3.4.2. « … un trouble de l’adaptation des conduites »

            3.4.3. « En délimitant une catégorie précise de faits... »

            3.4.4. « cette définition exclut des acceptions trop vagues... »

            3.4.5. « Les sources de l’ambiguité du concept d’émotion... »

            3.4.6. « mais on peut admettre dès l’abord cette définition... »

            3.4.7. « Expliciter les troubles de la conduite que nous nommons émotion... »

            3.4.8. « L’expérience émotionnelle est conscience de troubles... »

4. Causes, raisons et intentions

      4.1. La théorie des quatre causes (Aristote)

      4.2. Causalité et complexité

            4.2.1. La causalité multiple

            4.2.2. La causalité indirecte

            4.2.3. L’interaction

            4.2.4. La rétroaction

      4.3. La causalité finale (l’intention)

      4.3. Exemple : un cas d’agressivité (D. Winnicott)

      4.4. Le continuum cause-raison

5. Matière et psychisme

      5.1. Sciences humaines versus sciences naturelles

      5.2. L’hétérogénéité des objets de « La » psychologie

      5.3. L'implication de l'observateur et l'effet Pygmalion

      5.4. La dualité chose/signe

      5.5. Le phénomène de la conscience (M. Bitbol)

      5.6. La diversité des méthodologies scientifiques

      5.7. La multiplicité des paradigmes

      5.8. Science et scientisme

            5.8.1. Les « lieux » du discours

            5.8.2. Un exemple : la notion d’ « adaptation »

                  Les maladies psychosomatiques

                  Les normopathies

            5.8.3. Du descriptif au prescriptif

            5.8.4. Science et scientisme

            5.8.5. Le savoir et le pouvoir (M. Foucault)

6. Expliquer, interpréter

      6.1. Geisteswissenschaften et Naturwissenschaften (W. Dilthey)

      6.2. L'explication

      6.3. La compréhension

      6.4. Conclusion

 

 

Annexes à télécharger (plan du cours, définitions, bibliographie)

Volume horaire :

12 h CM

(sans TD)

 

Planning :

 

 

Contrôle des connaissances :

Examen terminal
(1h sans document)